L'Institut | Mission insertion de Bull | Groupes de réflexion | Publications | Livres adaptés pour aveugles 
  Accueil> Mission insertion de Bull
Contact |Plan du site 

2008
 Rappel Législatif
 Insertion et Maintien dans l'emploi
 Formation
 
Archives

 
 
Insertion et Maintien dans l'emploi

 

Précisons que, est considéré comme handicap au travail, reconnu par les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), toute difficulté liée à la santé d’un salarié rendant plus ardu l’exercice de son métier.

 

Cela peut être dû à :

- des maladies invalidantes (respiratoire, digestive, infectieuse ou para-sitaire, endocrine),
- une déficience motrice (maladie ostéo-articulaire, affection cérébrale, médullaire ou neuro-musculaire, troubles musculo-squelettiques (douleurs dorsales, etc.),
- des difficultés auditives, visuelles, etc…


Maintien dans l’emploi

Pour les salariés reconnus travailleurs handicapés dont le handicap se déclare ou s’aggrave, nous mettons en œuvre des mesures destinées à compenser tout ou partie de leur handicap afin de leur permettre de poursuivre leur activité professionnelle.

C’est ainsi que pour l’année 2008, les actions suivantes ont été réalisées :

o Acquisition de prothèses auditives

Plusieurs salariés reconnus travailleurs handicapés au titre de leur déficience ont obtenu une subvention pour financer le coût, non pris en charge par la Sécurité Sociale et l’assurance complémentaire santé, de leurs prothèses auditives leur permettant ainsi de les renouveler plus fréquemment et de bénéficier des techniques récentes susceptibles d’améliorer notablement leur confort d’écoute.


o Aide au financement de véhicules personnels

Plusieurs salariés reconnus travailleurs handicapés au titre d’une déficience motrice, ont souhaité renouveler leur véhicule personnel qu’ils utilisent aussi à des fins professionnelles. Dans ce contexte, un financement leur a été accordé pour l’achat de leur véhicule, de même que pour les aménagements
spécifiques destinés à compenser leur handicap (exemple : boîte de vitesse automatique, démultiplication de la direction assistée, toutes commandes au volant, etc.)


o Aménagement de véhicule de fonction

Un salarié reconnu travailleur handicapé suite à un accident de voiture ayant entraîné des séquelles dispose d’un véhicule de fonction pour se rendre en clientèle. Le médecin du travail a rendu son avis mentionnant l’obligation de conduire un véhicule disposant d’une boîte de vitesse automatique. Une voiture de fonction adaptée a donc été mise à sa disposition.


o Financement d’une formation

Pour un salarié reconnu travailleur handicapé au titre d’une incapacité partielle permanente (suite à un accident de trajet), une formation à long terme (mastère) a été co-financée par l’Agefiph.


o Financement d’une aide à la mobilité professionnelle

Pour un salarié travaillant en clientèle, victime d’un accident de la vie et pour lequel le médecin a émis un certificat d’aptitude avec réserve (impossibilité d’utiliser les transports en commun et de conduire un véhicule), une subvention pour une aide à la mobilité professionnelle a été accordée pour financer le surcoût lié à ses déplacements chez le client.


o Aménagements de postes ou de situations de travail

Pour un salarié sédentaire qui souffre de troubles musculo-squelettiques, et qui occupe depuis peu un nouveau poste de travail, divers équipements ont été mis à sa disposition (siège ergonomique, etc.)

Pour un salarié atteint de déficience visuelle, une demande de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé a été déposée à la MDPH. En parallèle le salarié a pu bénéficier de conseils spécialisés (service interrégional d’appui aux adultes déficients visuels) qui a émis des préconisations quant à l’aménagement du poste du salarié : écran LCD 21’’, PC portable avec écran de 18’’, ainsi que des équipements adaptés (lampe fluocompacte).

Pour un salarié souffrant de troubles auditifs, un organisme spécialisé est intervenu pour émettre des préconisations en termes d’aménagement de la situation de travail du salarié.

Pour un salarié dont le handicap s’aggrave, et qui travaille actuellement à temps partiel, mise en place d’un télétravail pour raisons de santé (mise à sa disposition de matériel bureautique à son domicile + Globull).

 

Globull, une solution pour des personnes en situation de handicap

La Mission handicap a été sollicitée pour contribuer à identifier les différentes situations professionnelles au cours desquelles Globull peut apporter une aide aux personnes handicapées.

En effet, cet outil procure à la fois un très haut niveau de sécurité et permet de compenser le handicap pour des personnes devant se déplacer et ne pouvant porter de charges lourdes.

Dans ces situations, cet outil a été reconnu par l’Agefiph comme étant une solution de compensation du handicap et, à ce titre, pris en charge financièrement.


o Accessibilité des sites

Un portillon automatique facilitant l’accès des personnes à mobilité réduite a été installé dans l’établissement d’Echirolles.

Un parcours facilitant le déplacement de personnes aveugles a été réalisé dans l’établissement d’Angers.

 

 


Insertion

Deux recrutements en CDI d’ingénieurs reconnus travailleurs handicapés ont été réalisés en 2008. Les salariés nous ont informés qu’aucun aménagement de poste n’est à prévoir pour le moment.

Contrats d’alternance en cours :

- dans le cadre d’études d’ingénieur (sous contrat d’apprentissage),
- un contrat de formation par la recherche.

Les candidatures de personnes handicapées nous proviennent quasi exclusivement par le biais de Tremplin, organisme chargé d’accueillir les personnes handicapées et de les aider à trouver des stages, des contrats en alternance et de les accompagner jusqu’à leur premier poste en entreprise.
Cependant, peu de candidature répondent aux besoins exprimés à travers les offres d'emploi de Bull. Ceci tient essentiellement au fait que les demandeurs d’emploi handicapés ont un niveau de qualification relativement faible (80 % ont le BEPC au plus).

La Mission handicap a contacté la Conférence des grandes écoles pour identifier des candidatures potentielles d’étudiants handicapés qui n’auraient pas connaissance du souhait des entreprises de les recruter et qui de ce fait ne demandent pas leur RQTH. La situation dans les grandes écoles évolue peu à peu et on dénombre actuellement 72 référents handicaps.
(http://www.cge.asso.fr/cadre_pres.html).