L'Institut | Mission insertion de Bull   | Groupes de réflexion | Publications | Livres adaptés pour aveugles
  Accueil> Publications> Lettre N°5
Contact |Plan du site 

Lettre N° 1
Lettre N° 2
Lettre N° 3
Lettre N° 4
Lettre N° 5
. Editorial
. Cerveaux et machines
. Informatique vue ...
. Risques et complexité
. Ethique et technique
. Communiqués de ...
. En souvenir ...
Lettre N° 6
Lettre N° 7
Lettre N° 8
Lettre N° 9
Lettre N° 10
Lettre N° 11
 
Archives de la Lettre de l'Institut
Sommaire n°5 décembre 2003
 Editorial  Ethique et technique
 Cerveaux et machines  Communiqués de presse
 L'Informatique vue par l'entreprise  En souvenir ...
 Risques et complexité
 
L'informatique vue par l'entreprise
 

Mise en place d'un enterprise resource planning (ERP)

par Jean-Claude Vannier, directeur des projets de systèmes d'information d'entreprise, EADS launch vehicles.

Lancé en mars 2002, l'implantation d'un Enterprise resource planning (ERP) : progiciel de gestion intégré dans cette entreprise complexe de plus de 3000 personnes, installée sur trois sites (Les Mureaux, Bordeaux, Kourou), a mis à peine plus d'un an pour réussir.

Le projet bénéficiait a priori d'un certain nombre de points positifs :
- expérience préalable du groupe EADS, avec une certification SAP au niveau de la filiale Airbus,
- engagement sans faille de la direction générale,
- pourcentage élevé de personnels de haut niveau (55% d'ingénieurs et cadres), inventifs mais mûrs et habitués aux contraintes de la qualité et du respect des standards.

Techniquement, les choix étaient pragmatiques, épurés par l'expérience d'ambitions excessives en matière d'intégration :
- recours à un ensemble de produits plutôt que concentration sur un même produit : SAP fournit le "référentiel économique", mais la planification des activités est gérée avec APV (Artemis), la référence technique (gestion des documents et des données techniques) avec Windchill, gestion du personnel avec HR Access ;
- utilisation d'un produit d'EAI (Enterprise application integration) pour la mise en communication de l'ensemble (ces technologies ne sont disponibles que depuis peu de temps) ;
- emploi au maximum du progiciel tel qu'il est, sans développements spécifiques recopiant l'existant : rien que du paramétrage, très peu de programmation, ce qui a donné confiance : "On n'a pas l'inquiétude du plantage". Cette confiance se trouve amplifiée par le caractère autonome, relativement fermé sur l'extérieur de l'infrastructure informatique de l'entreprise.

Mais le facteur décisif a été l'accent mis sur la coopération des différentes spécialités pour en faire un véritable projet d'entreprise. Les comités d'établissement, consultés comme il se doit, ont même joué un rôle moteur en soutenant cette action de modernisation de l'entreprise. La conception a été conduite par des trinômes : un représentant par métier, un responsable informatique, et un consultant (intégrateur SAP). La coopération permanente a été renforcée par un travail en plateau de projet (salle ouverte physique). Ce mode opératoire a permis de maîtriser les processus itératifs dévoreurs de temps. Enfin les grandes décisions touchant principalement à l'organisation de l'entreprise ont été l'objet d'un engagement personnel de chaque membre du comité de direction.