L'Institut | Mission insertion de Bull   | Groupes de réflexion | Publications | Livres adaptés pour aveugles
  Accueil> Publications> Lettre N°5
Contact |Plan du site 

Lettre N° 1
Lettre N° 2
Lettre N° 3
Lettre N° 4
Lettre N° 5
. Editorial
. Cerveaux et machines
. Informatique vue ...
. Risques et complexité
. Ethique et technique
. Communiqués de ...
. En souvenir ...
Lettre N° 6
Lettre N° 7
Lettre N° 8
Lettre N° 9
Lettre N° 10
Lettre N° 11
 
Archives de la Lettre de l'Institut
Sommaire n°5 décembre 2003
 Editorial  Ethique et technique
 Cerveaux et machines  Communiqués de presse
 L'Informatique vue par l'entreprise  En souvenir ...
 Risques et complexité
 
Ethique et technique
Par Jean Michaud, conseiller-doyen honoraire de la Cour de Cassation ; membre du Comité consultatif national d'éthique.


L'article 1 des statuts de l'Institut Fredrik R. Bull pour la réflexion et la synthèse énonce que l'Institut " a pour but de mettre en évidence les conséquences économiques, sociales et humaines de l'emploi des techniques traditionnelles devenues des techniques nouvelles depuis qu'elles sont innervées par le traitement de l'information. "

Il fallait rappeler cette disposition pour la confronter aux travaux réalisés au sein des différents groupes. La plupart de ceux-ci ont mené des débats autour d'exposés effectivement orientés sur les techniques nouvelles et sur l'informatique. Ceci étant, on a assisté à une certaine extension des objectifs fixés par les statuts. Ce mouvement s'est opéré dans la direction de la biologie et du droit. Il a été approuvé par le Président Hannoun lors de l'Assemblée générale du 17 décembre 2002. On a eu un exemple lors du brillant exposé du Pr Teboul qui a traité des aspects de droit national et international en matière de clonage.

Enfin le Pr Fiat a posé une question essentielle : " la philosophie a-t-elle encore sa place dans notre monde ? " dans une conférence où l'humour du propos le disputait à la profondeur de la réflexion.

Faut-il regretter cette évolution ? non dans la mesure où elle traduit une conquête de notre société qui se développe depuis une vingtaine d'années : la pluridisciplinarité. Les progrès de la pensée et des réalisations qui en procèdent ne sauraient désormais atteindre leur plein effet qu'à la condition que soient abattues les cloisons qui maintenaient dans leur isolement les sciences et les techniques.