L'Institut | Mission insertion de Bull   | Groupes de réflexion | Publications | Livres adaptés pour aveugles
  Accueil> Publications> Lettre N°7
Contact |Plan du site 

Lettre N° 1
Lettre N° 2
Lettre N° 3
Lettre N° 4
Lettre N° 5
Lettre N° 6
Lettre N° 7
. Editorial
. Cerveaux et machines
. L'informatique vue...
. Ethique et technique
. Risques et complexité
Lettre N° 8
Lettre N° 9
Lettre N° 10
Lettre N° 11
 
 
 
Archives de la Lettre de l'Institut
Sommaire n°7 avril 2005
 Editorial  Ethique et technique
 Cerveaux et machines  Risques et complexité
 L'informatique vue par l'entreprise  
 
L'informatique vue par l'entreprise


Information et renseignement

Intervention du Lieutenant-colonel Louis de Chantal, architecte systèmes, Thalès Communications.

Pour devenir un « renseignement », l'information doit pouvoir venir s'emboîter dans un ensemble cohérent et susceptible d'être utile à celui qui la reçoit. Ce qui suppose que ce dernier sache ce qui peut l'intéresser, et qu'il va donc rechercher de façon active.

Sauf exception, liée au flair de celui qui la recherche, la quête du renseignement n'est pas une partie de pêche à la ligne.

Elle suppose une grande préméditation et une grande préparation. En outre, il est de nombreux cas ou cette recherche entraîne, pour celui qui la mène, de réels dangers.

Le Triplet traditionnel « Données - Information - Connaissance » prend, pour les militaires, la forme « Données - Information - Renseignement ».

Ce renseignement n'est plus seulement envoyé au « chef » comme il était de coutume jadis, il est communiqué également à tous ceux qu'il peut intéresser, parce qu'ils peuvent en avoir directement l'usage. Mais on conçoit que cette transmission directe peut provoquer des « courts circuits » hiérarchiques dont il faut tenir compte.

Il est clair que pour différentes raisons, il n'est pas question que n'importe quel renseignement soit diffusé dans toutes les directions possibles. On conçoit que l'informatique simplifie cette diffusion multiple et le choix des destinataires.

Raymond MOCH