L'Institut | Mission insertion de Bull   | Groupes de réflexion | Publications | Livres adaptés pour aveugles
  Accueil> Publications> Lettre N°7
Contact |Plan du site 

Lettre N° 1
Lettre N° 2
Lettre N° 3
Lettre N° 4
Lettre N° 5
Lettre N° 6
Lettre N° 7
. Editorial
. Cerveaux et machines
. L'informatique vue...
. Ethique et technique
. Risques et complexité
Lettre N° 8
Lettre N° 9
Lettre N° 10
Lettre N° 11
 
 
 
Archives de la Lettre de l'Institut
Sommaire n°7 avril 2005
 Editorial  Ethique et technique
 Cerveaux et machines  Risques et complexité
 L'informatique vue par l'entreprise  
 
Ethique et technique


Les soins palliatifs

Par Jean Michaud, conseiller-doyen honoraire de la Cour de Cassation ; membre du Comité consultatif national d'éthique.

La médecine s'exerce d'abord au moyen d'un ensemble de techniques. Les unes sont anciennes et vont se renouvelant. D'autres apparaissent au fil des progrès scientifiques.

Mais quelles qu'elles soient, elles ne peuvent se dispenser de prendre en compte la dimension humaine des patients. Il advient même que cette caractéristique l'emporte, ainsi qu'il en va pour les soins palliatifs. C'est ce thème qu'a développé le Pr Herbert Geschwind, professeur associé et ancien chef du département d'Ethique médicale, Université de Paris XII, dans un exposé présenté en octobre dernier, devant le groupe « éthique et technique » dont il est membre : lorsqu'il apparaît que le traitement d'un malade est devenu inutile, lorsque tout espoir de guérison a disparu, il n'est plus question d'abandonner à son sort l'être humain en souffrance.

Il reste à apaiser ces souffrances, à accompagner le patient sur la voie difficile qui le conduira à sa fin et aussi éventuellement à entourer sa famille.

Tel est le rôle des soins palliatifs qui se développent en France. La tache n'est pas aisée. Elle exige des vertus de compassion et des talents de psychologie. Elle n'autorise pas à négliger des soins du corps, réduits à ce stade aux soins de confort.

Il y a encore beaucoup à faire. Il manque encore notablement le soutien financier pour que puisse être exercé un droit reconnu par le législateur dans la loi du 9 juin 1999. On peut trouver un fort encouragement dans cette constatation que le nombre des demandes d'euthanasie diminue en fonction des progrès des soins palliatifs.

Herbert Geschwind a su brillamment nous décrire cette poussée d'un humanisme médical à partir de son récent ouvrage « Le rôle des soins palliatifs ».